SEMINAIRE 2022-2023

16 octobre 2022

Le sujet et le sexuel

L’Observatoire du Sida et des Sexualités présente son nouveau cycle de séminaires  pour l’année 2022-2023 : « Le sujet et le sexuel ».

Inscrit depuis deux ans au sein de la Faculté de Sciences Psychologiques et de l’Education de l’ULB, notre souhait est cette année de mettre en avant la collaboration avec les différents membres de la Faculté et aussi de porter à la réflexion les thématiques de notre centre de recherche sous le prisme des sciences psychologiques.

Dans un dialogue transdisciplinaire, le séminaire propose une articulation de questions concernant les personnes minorisées en genre, sexualités et/ou race et leurs enjeux spécifiques en matière de santé, de violences entre partenaires et d’addictions.

Comment le sujet existe dans le contexte de la criminalité sexuelle sur internet ? Le rapport sexuel existe-t-il ? Quelle place pour le sujet dans l’action publique en matière de prévention de la santé ? Comment le sujet peut être rendu absent par le regard des divers expert·e·s, professionnel·le·s, militant·es ou même académiques ? Ou encore, comment le concept de ‘corps’ se modifie avec les réalités virtuelles ?

Toutes les séances se dérouleront sous la formule « Eat & Think » : un petit-déjeuner ou un goûter accompagnera nos échanges et réflexions. Les séances auront lieu sur le Campus du Solbosch à l’Université Libre de Bruxelles ; la participation aux séances est gratuite mais l’inscription obligatoire ici.  

Programme

Séance 1 – 06 octobre 2022 – de 13h à 15h salle: S.AY2.114

Wecare: quel dispositif de soins de santé pour les minorités de genre et de sexualités ?

par Isabelle Gosselin – Discutant : Salvatore D’Amore

Suite aux revendications communautaires LGBTQIA+ lors de la Pride de 2021 en termes de santé, nous évaluons les intérêts et freins pour la création d’une maison de santé spécifique pour les personnes minorisées en genres et sexualités, maison de santé inclusive et intersectionnelle. Cette recherche-action menée auprès des acteur.ice.s de terrain : les associations communautaires de santé mais également les professionnel.le.s de Suite aux revendications communautaires LGBTQIA+ lors de la Pride de 2021 en matière de santé, nous évaluons les intérêts et freins pour la création d’une maison de santé spécifique pour les personnes minorisées en genres et sexualités, maison de santé inclusive et intersectionnelle. Cette recherche-action menée auprès des acteur·ice·s de terrain : les associations communautaires de santé, mais également les professionnel·le·s de santé à Bruxelles, s’appuie sur la méthodologie du ‘focus groupe’. Les notions de santé spécifique, inclusion, intersectionnalité, espace (plus) safe, stigmatisation, formation des professionnel·le·s y sont déployées en vue de penser une manière de réduire les inégalités sociales de santé des publics minorisés en genre et sexualités.

Séance 2 – 10 novembre 2022 – de 10h à 12h salle: S.AW.120

Réflexions sur le·s masques du criminel sexuel sur internet: de la dissimulation à la tentative de subjectivation

par Aude Ballion – Discutant : Jérôme Englebert

L’interface numérique apparait comme un terrain propice au développement de nouvelles infractions, notamment à caractère sexuel. Les recherches majoritaires actuelles s’attachent à donner un visage aux « consommateurs » de pédopornographie pour mieux les appréhender. Toutefois, d’autres auteurs d’infractions apparaissent comme plus difficiles à identifier, car masqués lors de leurs échanges avec leurs victimes. Une fois les infractions commises, ils retournent dans l’anonymat et l’immensité du web. Pour autant, tels des fantômes, il reste leur nom, l’histoire/légende de ce personnage-avatar, sous les traits duquel ils se sont présentés à leur interlocuteur. Pour notre part, nous avons choisi de nous intéresser à ce que ces sujets ont pu placer d’eux-mêmes dans ces contextes transgressifs à travers ce masque autant occultant que révélant. En effet, ils pouvaient dans cet univers numérique être tout ce qu’ils voulaient. Aussi, nous nous sommes intéressés à l’histoire et à l’évolution de ces identités numériques à travers le récit de leurs créateurs. De ces récits énoncés, qui se réalisent dans l’après-coup du passage à l’acte transgressif et qui nous permet un pas de côté inédit, nous avons pu constater combien cette manière de se montrer, de se dire et de se faire exister pouvait être intimement liée aux conflits à l’œuvre chez ces individus, à la fonction prise par ce numérique dans leur histoire, ainsi qu’à leur manière de s’inscrire dans le lien à autrui. Autant d’éléments pouvant laisser envisager l’identité numérique dans ces contextes comme une possible alliée dans l’aide à la prise en charge (thérapeutique, judiciaire…) de ces sujets auteurs de violences sexuelles en ligne. 

Séance 3 – 15 décembre 2022 – de 15h à 17h salle: S.H.3242

Le miroir érogène: le rapport sexuel existe-t-il?  

par Ariane Bazan – Discutante : Cécile Glineur

Parmi les nombreuses critiques à l’adresse de la psychanalyse est celle du tout sexuel : par la lorgnette psychanalytique tout serait considéré comme sexuel. La critique est intéressante. En effet, si le sexuel est d’importance constitutive pour penser l’humain, il s’agit de proposer une façon de le saisir, qui implique aussi de le saisir en contraste avec un supposé non-sexuel. Bref, la question en introduction à cette présentation sera frontale : que veut dire ‘sexuel’ ? Ensuite, les résultats de recherche sur ledit ‘miroir érogène’ seront évoqués. Des résultats précédents (Tsakiris et al., 2018), qui reflèteraient nos pratiques érotiques, montreraient que finalement nos caresses et nos actes sexuels entre partenaires seraient plutôt symétriques, tant et si bien qu’un véritable miroir existerait. Existerait-il donc après tout, et malgré la mise en garde de Jacques Lacan, un rapport sexuel ? Nos propres résultats, qui ne sondent pas les pratiques, mais les fantasmes, cassent-ils le miroir ? Ce sera l’objet de cette présentation.

Deuxième trimestre (à venir)

Séminaire 2021-2022 de l’Observatoire du sida et des sexualités

Inscription

COORDINATION
Isabelle Gosselin
Giulia Olyff
Lena Terrando

Télécharger le programme
(PDF – 123 Ko)

PROGRAMME EN BREF:

06 octobre (13h-15h) salle: S.AY2.114 Wecare: quel dispositif de soins de santé pour les minorités de genre et de sexualités?
par Isabelle Gosselin
Discutant : Salvatore D’Amore

10 novembre (10h-12h) salle: S.AW.120
Réflexions sur le(s) masque(s) du criminel sexuel sur internet: de la dissimulation à la tentative de subjectivation
par Aude Ballion
Discutant : Jerôme Englebert

15 décembre (15h-17h) salle: S.H.3242 Le miroir érogène: le rapport sexuel existe-t-il?
par Ariane Bazan
Discutante: Cécile Glineur

En pratique

Toutes les séances auront lieu sur le campus du Solbosh à l’Université Libre de Bruxelles.

Participation libre sur inscription en cliquant ici

Téléchargez le programme ici

Université Libre de Bruxelles
Avenue A. Depage, 30
1050 Bruxelles
Bâtiment U

Plan d’accès

Plan des bâtiments

Tou.tes queer, mais certain.es plus que d’autres

11 octobre 2022

Résumé

Nos subjectivités et positionnements passent aujourd’hui par l’opérateur du genre comme « nouvel » agent aussi bien conceptuel que politique ou discursif pour penser le sexe, permettant une libération des voix sur les inégalités et les minorités. Que valent les « vérités » sur les corps et leurs nominations lorsqu’il semblerait que tout ne serait que production normative et discursive ? Que reste-t-il du sujet, au sens psychanalytique du terme ? Dans quelle mesure ce sujet est-il queer, au sens d’une déconstruction radicale et d’une opposition à la norme ? Et quelles sont les conditions de possibilité d’un sujet politique queer dans une perspective plus globale et intersectionnelle ?
L’objet de cet article, qui rend compte d’un dialogue en cours, est d’interroger, par le triple prisme de la psychologie, l’anthropologie et la sociologie ce qui de cette condition ne se dilue pas entièrement dans le social au regard des conditions de possibilité d’énonciation de subjectivités multiples, sinon infinies et peut-être jamais tout à fait achevées.

Pour citer ce document

Detandt, S., Pezeril, C. & Demart, S. (2022). Tou.tes queer, mais certain.es plus que d’autres. Cahiers de psychologie clinique, 59, 283-302. https://doi.org/10.3917/cpc.059.0283

Autrices

Sandrine DetandtCharlotte Pezeril & Sarah Demart

Nouveau! Sélection de ressources bibliographique sur l’impact de la crise COVID-19 sur les inégalité de santé en Belgique francophone

6 septembre 2022

L’Observatoire du sida et des sexualités (ULB) s’est donné l’objectif de dresser un état des lieux des connaissances scientifiques actuelles, en sciences humaines et sociales, sur l’épidémie de la Covid et ses effets sur les populations en Belgique francophone (avec un focus sur la Wallonie), les questions que soulèvent les mesures de prévention et les réponses des professionnel·le·s des secteurs psycho- médico-sociaux à ces deux années de “crise”, de mars 2020 à mars 2022.

Consultez ici notre article!

Quinzaine du genre de l’Université Saint-Louis-Bruxelles du 7 au 18 mars 2022

31 janvier 2022

Programme de la quinzaine du genre de l’Université Saint-Louis-Bruxelles du 7 au 18 mars 2022

Cette quinzaine à pour thème le genre du pouvoir

  • 7/03 à 17h : « La démocratie féministe pour réinventer le pouvoir », conférence de Marie-Cécile Navès,
  • 8/03 : Evénement artistique
  • 10/03 à 12h : Balade féministe avec la collective Noms Peut-Être
  • 11/03 à 12h30 : « Ecoféminisme, pouvoir et révolution », conférence-débat avec Marie Gilow et Benedikte Zitouni
  • 14/03 à 12h30 : Propositions littéraires, avec Manon Delcour et Emilie Ieven
  • 15/03 : « L’action collective des femmes en contexte de précarité et d’oppresion autoritaire, perspectives de Caracas », conférence de la professeure Véronica Zubillaga (Université Simon Bolivar)
  • 16/03 : Jeu de piste sur les afro-féministes avec le cercle Kilimandjaro et le cercle Fe-Male
  • 17/3 à 18h : Concours d’éloquence
  • 18/3 à 16h : Balade féministe avec la collective Noms Peut-Être

Plus d'infos

Together against Femicides, Lesbophobia and Biphobia

24 août 2021 - Source : RTBF

Plusieurs associations et collectifs LGBTQI+ et féministes invitent à une action aujourd’hui mardi 24 août 2021 à 18h30, place de la Monnaie afin de marquer leur solidarité et de dénoncer la violence en réaction au double féminicide lesbophobe dont ont été victimes Nathalie Maillet, directrice du circuit de Spa-Francorchamps et sa compagne Ann Lawrence Durviaux, avocate et professeure de droit à l’Université de Liège.
Notre collègue Sandrine Detandt s’est exprimé à propos de ce terrible féminicide le 16 août dernier, interrogée par les Grenades/RTBF.

Evénement Facebook : https://www.facebook.com/events/4320396661384773/

Plus d'infos

Décès de l’anthropologue Sandrine Musso

11 août 2021 - Source : AMADES

Nous apprenons avec tristesse le décès de l’anthropologue Sandrine Musso que nous avions invitée en 2011 dans notre séminaire « Militer et prévenir ». Elle laisse une œuvre riche et éclairante, de sa thèse sur « Sida et minorités postcoloniales » au dernier numéro de l’Année du Maghreb sur « Le Maghreb face au VIH/sida » auquel nous avions collaboré. Allez découvrir ses travaux si vous ne la connaissiez pas !
Toutes nos pensées vont à sa famille et ses proches…

Plus d'infos

Sexualité et classes sociales

13 juillet 2021

Le colloque « Sexualité et classes sociales », qui bénéficie du soutien de l’ULB via Striges et le LAMC, se tiendra les 29, 30 septembre et 1er octobre 2021, en présentiel à la MSH de Lyon Saint-Etienne, si les conditions le permettent, et à distance.

Le programme des trois jours est disponible à l’adresse suivante : https://sexclasse.sciencesconf.org/.

Les inscriptions sont ouvertes.

Plus d'infos